Le clocher aménagé de Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), logement du prêtre et mairie sous un même toit

A quelques encablures au sud de Nogent-le-Rotrou et de son château des comtes du Perche se situe le petit village de Saint-Jean-Pierre-Fixte niché au fond de la vallée de la Rhône, un affluent de l’Huisne. L’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste y est bien longtemps restée la principale construction avec l’ancien presbytère et la fontaine. Il faut attendre le XXe siècle pour que de nouvelles habitations soient construites. Implantée sur un site rituel païen – les vertus miraculeuses de la fontaine remonteraient à l’époque druidique (1)  –, l’église, dans sa structure, date du XIIe siècle comme en témoignent les vestiges de baies romanes en partie obstruées dans les murs nord et sud. Dès cette époque, la paroisse dépend de l’abbaye de bénédictins Saint-Denis de Nogent. L’édifice, comprenant un chœur et une nef, est repris au XVIe siècle (vestiges de baies gothiques et réfection des charpentes). En 1622, le maçon Mathurin Peiller érige une tour-clocher qu’il flanque contre le pignon ouest de la nef (2). On y accède par une porte en plein cintre surmontée d’une niche accueillant une statue du saint patron.

Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), vue générale depuis le sud-ouest © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), détail de la statue de saint Jean-Baptiste © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard

 

Après la Révolution, la paroisse est réunie à celle de Trizay et le presbytère vendu comme bien national en 1796. Saint-Jean-Pierre-Fixte retrouve son autonomie cultuelle en 1843 et la tour-clocher va alors connaître un destin peu banal.

Face au manque de moyens financiers de la fabrique et de la commune pour construire un nouveau presbytère d’une part et une mairie d’autre part, et profitant des compétences en matière de bâtiment du prêtre, Joseph Adolphe Vidal, menuisier et ancien compagnon du Devoir, il est décidé – fait exceptionnel – d’aménager la tour-clocher pour y accueillir le logement du curé et la salle du conseil municipal. Pour cela, Vidal crée trois étages desservis par un escalier tournant contenu dans une cage en bois.

Architecture rurale du PNR Perche Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), logement du prêtre (premier étage de la tour-clocher) © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), logement du prêtre (premier étage de la tour-clocher) © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard

L’abbé appuie le premier étage sur la voûte d’ogives préexistante – cet étage est destiné à la salle du curé desservant. Elle dispose d’une cheminée, d’un potager (dispositif permettant la cuisson des aliments) sous une des deux fenêtres, de deux placards muraux et d’un cabinet (pour les ablutions) aménagé dans l’épaisseur du mur.

Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), salle de la mairie (deuxième étage de la tour-clocher) © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard Architecture rurale du PNR Perche Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), salle de la mairie et détail d’un dessin au crayon conservé sur la porte (deuxième étage de la tour-clocher) © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard


Le deuxième étage accueillait la salle de la mairie. Comme au niveau inférieur, une cheminée chauffe la pièce. Des placards sont également aménagés dans l’épaisseur des murs avec de grands tiroirs pour loger les documents grands formats comme le plan cadastral ancien et les matrices. La porte en bois blanc de cette pièce conserve une caricature d’un soldat réalisée au crayon.

Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), chambre du curé (troisième étage de la tour-clocher) © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-Pierre-Fixte (Eure-et-Loir), chambre du curé (troisième étage de la tour-clocher) © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard


Le dernier niveau est réservé à la chambre du curé desservant. Elle était chauffée par un petit poêle en fonte. Pavée de terre cuite, chaque pièce occupe une surface inférieure à 9 m2 utile (en tenant compte des placards et de l’escalier).

En 1904, la municipalité, trouvant le logement du curé « insuffisant et ne permettant pas à celui-ci de résider habituellement dans la commune » (3) , décide de lui louer la maison de garde-barrière du bourg, construite en 1885 et désaffectée au début du 20e siècle. Une mairie est construite face à l'église en 1956, date de son déménagement du clocher.

La tour-clocher et ses pièces ont été restaurées à la fin du siècle dernier et le mobilier reconstitué. Cette petite église de campagne, dont rien à l’extérieur ne laisse deviner son aménagement, possède l’un des trois seuls « clochers habités » de France. Ce fait peu commun est renforcé par la présence de la salle de la mairie à une époque où la république et l’église ne faisait pourtant pas bon ménage.

(1) LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
(2) D'après les travaux historiques menés par François Guillon, instituteur à Souancé, érudit passionné d'histoire locale. La précédente tour-clocher, construite en 1619, s'était effondrée l'année suivante faute de fondations adaptées au sol spongieux.
(3) Archives départementales d'Eure-et-Loir, 4 Z 168. Église paroissiale, presbytère, cimetière. 1843 - 1910.


Florent Maillard, chargé de mission « Inventaire du patrimoine bâti » au Parc naturel régional du Perche et chercheur associé au service Patrimoine et Inventaire

Légende des photos:
© Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Vanessa Lamorlette-Pingard
- Vue générale depuis le sud-ouest.
- Détail de la statue de saint Jean-Baptiste.
- Logement du prêtre (premier étage de la tour-clocher).
- Salle de la mairie et détail d’un dessin au crayon conservé sur la porte (deuxième étage de la tour-clocher).
- Chambre du curé (troisième étage de la tour-clocher).

Pour en savoir plus sur la patrimoine de la commune de Saint-Jean-Pierre-Fixte :
- Les dossiers d'inventaire sont disponibles sur le portail de diffusion du service Patrimoine et Inventaire.

Partager 
  • email
  • facebook
  • twitter
Note moyenne de l'article : 4.5/5
Noter cet article :
noter l'article

BasesMCC2-1.jpg

Retrouvez toutes les données de l'Inventaire général sur les bases de données du Ministère de la Culture et de la Communication (nouvelle fenêtre)

 

Logo Inventaire Rose-defonce.pngRetrouvez les résultats des dernières études sur le portail de diffusion du SPI (nouvelle fenêtre)

Découvrez l'exposition en gare d'Orléans

 

HC_Renaissance.jpg