Nogent-le-Rotrou du XIIIe siècle aux prémices de la Révolution industrielle

En novembre 2011, une convention passée entre la Région Centre-Val de Loire et l’Université François-Rabelais de Tours a permis à un étudiant en doctorat d’histoire de l’architecture de bénéficier d'une bourse doctorale et de rejoindre la direction de l’inventaire du patrimoine en qualité de chercheur associé. Il a mené une opération d’inventaire sur la ville de Nogent-le-Rotrou, du XIIIe siècle aux prémices de la Révolution industrielle.
                        
NogenIVR24_92280080VAb_P.jpgt-le-Rotrou doit son nom et ses origines à la lignée des Rotrou, belliqueux chevaliers et vassaux des comtes de Blois et de Chartres, comtes du Perche à partir du XIe siècle. Suite à l’implantation d’un château permettant un large contrôle sur la vallée de l’Huisne, plusieurs bourgs se forment aux XIe et XIIe siècles auprès de la résidence seigneuriale. Après la réunion du Perche à la couronne en 1226, la ville et son château, autrefois sièges de la lignée des Rotrou, ne sont plus qu’un lieu de passage. Il faut attendre le XVIe siècle et l’essor économique et démographique qui suit la guerre de Cent Ans pour observer des changements dans la ville. Enfin, l’essor démographique et l’implantation de l’industrie textile favorisent l’unification des bourgs en une seule entité au cours du XVIIe siècle : le «grand-bourg».

L’un des enjeux de l’opération d’inventaire était de comprendre l’évolution de l’agglomération : l’étude des interactions entre les édifices religieux, le château, les infrastructures économiques et le tissu urbain permettra de saisir les relations entre les différents pôles qui structurent la ville. L’opération tentera aussi de définir la fonction des espaces et la typologie de l’habitat. Enfin, en observant l’évolution et la permanence des formes urbaines, elle devait déterminer dans quelle mesure la ville de la Renaissance, puis moderne, s’appuyait sur son noyau médiéval.

Après un repérage complet des édifices de l’aire d’étude, les plus représentatifs de l’identité de la ville ont été sélectionnés. Ils ont fait ensuite l'objet d'une étude plus fine selon les méthodes de l’inventaire général du patrimoine culturel. Il sera ainsi possible de restituer au plus près l’histoire architecturale et urbaine de Nogent-le-Rotrou.

Ce travail a fait l'objet d'une thèse de doctorat soutenue en décembre 2017 par Hadrien Rozier et intitulée Etude topographique et monumentale de la ville de Nogent le Rotrou (Eure et Loir) : du XIIIe siècle aux prémisses de la Révolution industrielle.
 
Voir les dossiers des oeuvres étudiées.

Partager 
  • email
  • facebook
  • twitter
Note moyenne de l'article : 5.0/5
Noter cet article :
noter l'article