Les publications du SPI : mode d’emploi

Bléré_1couv (Medium).jpgDepuis sa première publication en 1983, le service Patrimoine et Inventaire (SPI) continue de publier le fruit  de ses recherches dans des ouvrages destinés tant au grand public qu’aux spécialistes. En région Centre-Val de Loire, la démarche est assez originale car les livres sont entièrement maquettés en interne.  A l’occasion de sa dernière publication, le SPI vous invite dans les coulisses de fabrication d’une « Images du patrimoine » (voir encadré ci-dessous).

Après avoir mené son étude, le chercheur a réuni les matériaux nécessaires et la vue d’ensemble suffisante pour rédiger un ouvrage de synthèse. Il s’attache à décrire les édifices majeurs mais aussi à faire découvrir des richesses moins  connues et pourtant tout aussi intéressantes pour la connaissance du territoire étudié. Le manuscrit est envoyé pour  relecture à des spécialistes, universitaires ou autres chercheurs.  Après correction, le chercheur transmet son manuscrit et les images choisies avec le photographe  à la graphiste qui va les mettre en page grâce à un logiciel de publication assistée par ordinateur (PAO).

Le SPI publie ses ouvrages dans les trois collections nationales « Cahiers du patrimoine », « Images du patrimoine » et « Parcours du patrimoine », dans le respect des chartes graphiques propres à chaque collection. A la graphiste revient donc le rôle délicat de respecter ces contraintes tout en intégrant le mieux possible les textes et les images retenus, en tenant compte du rendu esthétique.IVR24_20103700431NUC2A.png

Elle se met à l’ouvrage en réalisant une esquisse comportant le texte intégral et toutes les images.  C’est à ce moment-là que l’on se rend souvent compte qu’il va falloir couper dans le texte et réduire le nombre de photographies malgré le souhait d’exhaustivité du chercheur. Après l’esquisse, la graphiste présente jusqu’à trois maquettes dont la dernière est envoyée à l’éditeur. Sous la conduite du chef du service, chaque étape est un travail de dialogue et d’échanges entre le chercheur, le photographe et la graphiste.  La présence de cette dernière dans le service facilite le dialogue permanent avec les auteurs et offre une souplesse inégalée. Ensemble face à l’écran, ils peuvent essayer en direct les différentes compositions.
 
Les étapes de l’esquisse et de la première maquette sont particulièrement appréciées de la graphiste : elle lit le texte pour l’intégrer, elle découvre le terrain d’étude à travers les clichés des photographes et essaye de rendre au mieux l’ambiance des lieux décrits. C’est un moment de créativité malgré les  règles de la charte graphique. Le choix concerté avec l’éditeur du titre et de la couverture est également un point crucial : ils doivent attirer le lecteur tout en donnant l’aperçu le plus fidèle du contenu.
    
170316__Blere_Chenonceaux_BAT-41 (Medium).jpgL’éditeur reçoit la maquette au format PAO et les images numériques haute définition, voire les ektachromes s’il s’agit de photos antérieures à 2006. Il se charge de la préparation à la photogravure avec un photographe du SPI (calage des couleurs, de la densité et du contraste des images pour un rendu idéal à l’impression), de l’intégration des photos haute définition à la maquette et de faire imprimer l’ouvrage.  Quand il a tout réglé, il envoie au SPI une impression pour « bon à tirer ». C’est le moment des toutes dernières corrections. Une fois le « bon à tirer » signé par le SPI, l’éditeur envoie un fichier Pdf haute définition à l’imprimeur.

L’ouvrage est ensuite expédié aux librairies qui l’ont commandé plusieurs mois avant la sortie car le représentant de l’éditeur leur a envoyé  une fiche descriptive du livre. Il ne reste plus qu’à séduire  les passionnés de patrimoine qui visiteront les allées de la libraire ou les rayonnages virtuels d’Internet.

La fabrication d’un livre est le résultat d’un travail d’équipe soutenu, chacun apportant sa compétence pour repérer, décrire, représenter et mettre en valeur les édifices et le mobilier d’un territoire donné. Du terrain à leur table de travail, chercheurs, photographes et graphiste écrivent ensemble le livre de votre patrimoine.
 

Trois collections pour un Inventaire

Les Cahiers du patrimoine : ce sont des synthèses approfondies à forte dominante scientifique. Elles sont destinés à un public de spécialistes ou d’amateurs avertis.

Les Images du patrimoine : ici l’accent est mis sur les photographies de l’Inventaire. On a retenu les plus représentatives du sujet et elles sont accompagnées de légendes explicatives. Ce sont les « beaux-livres » de l’Inventaire.

Les Parcours du patrimoine : cette collection est le partenaire de vos balades culturelles. Elle tient dans la poche et vous aide à visiter un village remarquable ou un monument à travers un parcours élaboré par le chercheur qui connaît parfaitement son terrain.

 

Légende des photos :
- Chapelle Jehan de Seigne à Bléré (Indre-et-Loire). Cl. Thierry Cantalupo
- Un double-page du livre
    
(07/07/2017)

 

Partager 
  • email
  • facebook
  • twitter
Note moyenne de l'article : 5.0/5
Noter cet article :
noter l'article

BasesMCC2-1.jpg

Retrouvez toutes les données de l'Inventaire général sur les bases de données du Ministère de la Culture et de la Communication (nouvelle fenêtre)

 

Logo Inventaire Rose-defonce.pngRetrouvez les résultats des dernières études sur le portail de diffusion du SPI (nouvelle fenêtre)

Catalogue de nos publications

1ere Couv web.jpg